Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


50ème congrès confédéral de la CGT

Publié par totoche sur 9 Avril 2013, 17:31pm

Catégories : #réaction

 

Assister à un premier congrès, au cours duquel notre secrétaire général devait passer le flambeau -  et ils ne sont pas si nombreux les dirigeants qui choisissent de laisser leur siège à un autre ! - avouez que c’est pas mal tout de même !

D’emblée, une impression de grandeur. Structure d’accueil, nombre de participants, bien sûr. Mais il y a également une autre grandeur qui impressionne, celle du monde du travail.

 

Evidemment, l’interpro on le pratique dans les UL, les UD et les manifs. Là, c’est impressionnant. C’est beau. C’est l’immensité de la diversité en un même lieu, poursuivant un même but. Certes les débats, malheureusement limités dans le temps, sont animés, mais ils sont aussi toujours respectueux, enrichissants, ils procèdent tous d’une même volonté de progresser ensemble.

 

Cette grandeur est encore plus présente dans les interventions de différents intervenants d’origines aussi variées que l’Australie, le Brésil, la Tunisie, la Palestine, la Birmanie, le Congo... Tous, ainsi que les représentants de la CES et de l’OIT, apportent leurs différences, leurs vécus, leurs engagements, leurs utopies. Le monde entier, le monde du travail, participe à ce congrès. Les liens entre les travailleurs construisent des outils à leur service.

Il y a eu aussi, l’hommage rendu à Georges Séguy et ce qu’il a encore réussi à nous donner à travers les mots de son discours et, pour ma part, notamment s’agissant de l’écoute de l’autre.

Beaucoup de travail sur les statuts, les orientations mais aussi de beaux moments fraternels et d’émotion, comme celle partagée avec notre camarade des Fralib ; émotion aussi de l’au-revoir à Bernard.

Ayant eu la chance également de participer au bureau du congrès, j’ai également pu approcher les « coulisses ». Là, place à l’efficacité et même au « professionnalisme ». En parallèle, toujours ce souci de respect des statuts et orientations, mais aussi de respect du délégué et des syndiqués qu’il représente. Avant que la journée ne débute et pendant la pause déjeuner, chaque jour, autour d’une table, des échanges simples et directs pour recaler la journée en fonction de l’avancement des travaux : accorder les contraintes matérielles et notamment de temps aux besoins de débats, veiller lors des prises de parole au respect de la diversité (genre, fédé, mais aussi thème abordé). Bref, donner au congrès les moyens de se dérouler au mieux.

 

Ces quelques jours ont été pour moi un très grand moment de syndicalisme. Il appartient à tous les délégués de les partager au mieux, ce que j’ai, à ma mesure, essayé de faire ici.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents