Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


Les ravages de la crise

Publié par totoche sur 8 Décembre 2008, 17:08pm

Catégories : #réaction

En cette veille de fin d’année, alors que les fêtes se profilent à l’horizon, n’est-il pas temps de penser à notre prochain ?

 

Ainsi, prenez ces braves épargnants qui, dans le seul but de soutenir l’économie, ont misé leurs économies en bourse, profitant d’un taux d’imposition favorable. Certains, sous l’influence néfaste de médias défaitistes, ont vendu, perdant ainsi de l’argent.

Ne serait-il pas juste aujourd’hui de leur accorder des déductions fiscales ?

 

Les agences immobilières ont elles décidé d’épauler la politique gouvernementale d’accès à la propriété en prenant des mesures énergiques : baisse des coûts à l’achat en parallèle d’une hausse sensible des loyers pour les réticents.

 

Nous devons aussi penser au monde que nous laisserons à nos enfants.

Pour la protection de l’environnement et la relance de l’industrie automobile, chaque citoyen peut désormais bénéficier d’une prime à la casse de 1000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf !

Il est grand temps pour les Français, conservateurs dans l’âme, de sacrifier leurs vieilles voitures poussives et polluantes, pour le mieux être de tous.

 

Scandaleux ? Oui vraiment si l’on songe à tout ce qui est en jeu.

Car enfin, l’image, la grandeur de la France, c’est la haute couture, les grands bijoutiers, les palaces, la cuisine de nos chefs !

 

En refusant les petits efforts qui nous sont demandés, nous contraignons nos grands hommes à restreindre leur budget « cadeaux à ma maîtresse », voir, dans les cas extrêmes, à être obligés de négocier une séparation pour cause de crise financière.

 

Et le vrai scandale, celui qu’il faut bien dénoncer, c’est que cette année, un certain nombre de ces familles touchées par la crise financière vont être obligées de passer les fêtes ensembles.

 

Nous avons certes chacun nos petits soucis, chômage total ou partiel, délocalisation, précarité, coût de la vie, impayés, frais de santé ou d’éducation, …, cependant, devant une telle catastrophe, nous ne pouvons humainement pas repousser les demandes de solidarité qui nous sont adressées.

 

Oui, nous devons travailler plus, jusqu’à 70 ans, nous devons travailler le dimanche, nous devons consommer, consommer à crédit surtout.

Oui, nous devons les aider dans cette passe difficile nous qui sommes si nombreux, tandis qu’eux….

 

Leur grandeur saura ne pas vous faire remarquer demain votre geste d’aujourd’hui.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents