Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


Valse des chiffres

Publié par totoche sur 16 Octobre 2008, 11:44am

Catégories : #réaction

Depuis quelques semaines nous sommes submergés de chiffres, de pourcentage, de termes financiers et économiques.

Difficile de réaliser la réalité de ces sommes astronomiques qui sont allouées, sans être données nous dit-on, pour renflouer un navire qui prend l’eau de toutes parts.

Malgré ces injections massives, toutes les prévisions économiques sont à la baisse, à l’inverse s’agissant du chômage.

(On peut au passage noter qu’une des recettes préférée pour y remédier reste la suppression d’emplois, de fonctionnaires.)

 

Il y a pourtant des chiffres bien plus importants que l’on pourrait mettre en parallèle.

 

Aujourd’hui, la faim dans le monde touche 925 millions de personnes, 55 millions d’enfants sont victimes de malnutrition, 19 millions d’entre eux sont directement menacés de mort.

 

Les grands engagements du millénaire qui ont été pris en 2000 devaient entre autre réduire de moitié, d’ici 2015, la faim structurelle.

 

La faim, celle qui tue, celle qui voit se développer des marchés alimentaires où l’on vend des galettes de boue, celle qui pousse aux révoltes, la faim n’était qu’un des huit objectifs du millénaire.

 

Le financement de ce projet était de 82 milliards de dollars  par an et uniquement sur cinq ans.

Les mêmes qui n’ont pas réussi à trouver les fonds nécessaires se félicitent aujourd’hui d’intervenir pour sauver leurs banques.

 

Notre bonne conscience écologique a privé le monde de 100 millions de tonnes de céréales, parties en biocarburants.

Pour 50 litres de ce carburant il faut brûler 358 kilos de maïs, de quoi alimenter un enfant pendant une année.

 

Jean Ziegler, ex-rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation qualifie la faim dans le monde de « Crime contre l’Humanité ».

Je partage ses paroles qu’il poursuit ainsi : «  Un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est un enfant assassiné ».

 

La valse des chiffres va continuer, à nous de demander des comptes, à nous de dire si nous préférons sauver un banquier de la faillite ou un enfant de la faim.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents