Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


Un dimanche ordinaire

Publié par totoche sur 17 Juillet 2008, 15:16pm

Catégories : #rêverie

Un dimanche de juin ordinaire, le ciel est vraiment très gris et il fait plutôt frais.

 

Qu’importe, nous avons un réel besoin de nous aérer.

 

Les berges de la Deûle sont désertes, ou presque.

Les mouettes ont pris possession de la rivière et nagent paisiblement à la façon des canards en plastique dans le bain des enfants.

Un héron, figé au milieu d’herbes folles, réserves à papillons, les regarde d’un œil dédaigneux.

 

Une péniche lourdement chargée, les boiseries éteintes, attend patiemment que l’écluse lui ouvre le passage.

 

Une vieille, inamovible, assise sur son petit pliant à l’abri d’un buisson d’aubépines, pêche indéfiniment.

 

Sortant de nul part, jaillit une harmonie toute endimanchée de costumes noirs.

La pluie s’est mise de la partie.

Quelques personnes, une dizaine tout au plus, suivent le cortège à l’abri de grands parapluies.

Un chien ouvre la marche, un autre regarde du haut de la passerelle.

Où vont ces cuivres cérémonieux déambulant entre prés et rivière sous un ciel de défaite ?

 

Plus loin, c’est la plongée dans le bois.

 

A l’abri du feuillage, sur un vieux pont de bois enjambant un bras mort du cours d’eau, nous regardons la pluie faire des ronds dans l’eau.

Une poule traverse prestement répondant à l’appel de son poussin.

Une libellule électrise l’espace d’un instant les plantes envasées.

Des poissons, ombres sombres et inquiétantes, se profilent sous les feuilles des nénuphars.

 

Le bruissement des gouttes sur le feuillage, les petits « ploc » au contact de l’onde endormie, le crissement des insectes ou le chant d’un oiseau, le jacassement d’une pie, et en arrière fond, le concert de cette fanfare fantastique.

 

Même les rappels tonitruants des canards affamés, remerciements du pain coupé en petits carrés moelleux, n’arrivent pas à nous sortir de cette ambiance surréaliste.

 

C’était un dimanche ordinaire, triste et gris…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents