Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


Baisser de rideau

Publié par totoche sur 9 Juin 2008, 14:59pm

Du lit à la fenêtre, de la fenêtre au lit … et voilà dix ans que ça dure.

Dix ans que mes vieilles jambes fatiguées ne me permettent plus des descendre les trois étages de cette foutue baraque !

 

Le top du top ! Un superbe affaire à ne pas manquer : vue sur la mer, vide-ordure, fenêtres métalliques coulissantes…

Depuis, les effets conjugués du vent, du sable, du sel, de l’humidité ont grippé les fenêtres, l’ascenseur et mes articulations. Tout comme l’évolution de la consommation a congestionné les conduits du vide ordure et mes artères.

 

Depuis qu’ils ont construit cette usine d’incinération qui masque complètement le port, je regrette moins de ne pouvoir aller sur mon balcon.

De toute façon, pas une fleur n’y résiste et le linge s’y sali plus vite qu’il n’y sèche.

 

A coté, c’est trois mille mètre carrés de béton et de goudron : Le supermarché avec son parking et sa station service.

Il a été construit à la même époque que l’autoroute du littoral.

Avant, j’y allais tous les jours approvisionner mon réfrigérateur de nouveautés et ma tête d’accents étrangers.

 

Aujourd’hui, quand je regarde, j’ai l’impression que les gens se cachent presque pour y aller.

Fini les sorties en famille où chacun remplissait le caddie de ses envies.

Ils se délestent de leurs achats en les jetant dans leur coffre tout en épluchant leur ticket de caisse.

Les passages à la pompe sont sombres et brefs, même les points cadeaux ne sont plus suffisamment attirants

 

C’est le soir que ça s’anime. Des groupes se forment qui attendent la sortie des bennes à ordures du magasin.

 

Il y avait bien eu une tentative du ministre de l’économie, de la libre concurrence et de la santé de mettre fin à ses pratiques dégradantes. Il avait demandé que les denrées périmées soient arrosées de vomitif, pour des raisons sanitaires évidentes.

Les hôpitaux avaient rapidement été débordés et des émeutes menaçaient dans tout le pays.

On avait même raconté que le président au terme d’un repas partagé avec des amis dans un de ses restaurants favori avait été pris de nausées.

 

Les poubelleurs, c’est le nom qu’ils s’étaient donnés, avait obtenu le droit d’exercer ouvertement moyennant une taxe environnementale et une obligation d’informer le consommateur.

Les supermarchés s’étaient adaptés et vendaient aux enchères les contenus des bennes.

Certains s’étaient spécialisés dans ce domaine et n’ouvraient plus leur magasin que pour conserver leur enseigne et le droit de vendre.

 

Ah, il est bien loin le temps de la consommation à gogo et la consommation raisonnée n’a pas eu la possibilité de s’installer.

Et nous voici venu à acheter ce qu’hier on n’aurait pas voulu donner à un mendiant.

 

Du lit à la fenêtre … Dix ans !

J’en ai assez vu, aujourd’hui, je ne me lèverai pas.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents