Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


La dame d'en face

Publié par totoche sur 28 Avril 2008, 11:16am

Catégories : #rêverie

Hier, c'est comme demain, c'est aujourd'hui




C'était une fille intemporelle, légèrement décalée.

D'ailleurs, cela faisait combien d'années que l'on disait une fille en parlant
d'elle ?

Ce n'était pas une gamine, l'avait-elle jamais été, mais rien, absolument rien
ne poussait à lui donner du madame, à la traiter en femme, pas même les enfants
qu'elle avait pourtant mis au monde.



Ses enfants, elle les avait élevés à sa façon, trop dure et trop permissive à la
fois, enfin, certainement pas comme il faut.

Ils volaient déjà de leurs propres ailes sous d'autres cieux.



Toujours habillée de vêtements trop amples, aux couleurs trop vives, elle
n'adhérait à aucune mode.

Son parfum était de savon de Marseille et le coiffeur n'avait jamais effleuré
une tignasse qu'ornementait, à l'envie, fleurs des prés ou plumes de geais.



Quelle arpente à grands pas les chemins forestiers ou saute à pieds joints dans
les flaques boueuses abandonnées aux creux des sillons, elle semblait toujours
vivre et apercevoir des choses exceptionnelles.



Lui parlait-on de quelque vedette du moment qu'elle ouvrait de grands yeux
d'enfant ignorant et parlait aussitôt de son jardin, du goût du pain et du
plaisir qu'on éprouve à fendre sa croûte dorée avant d'atteindre la douceur de
sa mie parfumée. Et ça, avant même que vous ayez pu lui donner trois mots
d'explication !



Puis, elle s'emballait pour le timbre d'un jeune artiste au talent méconnu,
s'activant à trouver son premier- nouveau-seul album.

Elle consommait les disques comme les livres, avec gourmandise, au hasard de ses
découvertes, se dépaysant aux horizons lointains autant qu'aux mystérieuses
cavernes intérieures.



Sensible au chant de la feuille tournoyant dans les airs en automne, elle était
fascinée par les volcans explosant (de colère ou de joie ?), par le silence de
l'hiver polaire et par la chevauchée d'une tempête secouant toits et forêts.

Sensible à tout, elle semblait indifférente à tous.

Les rares compagnons qu'on lui avait prêté n'avaient pas laissé plus de traces
dans les mémoires que s'ils s'étaient dissous dans le ciel étoilé d'une nuit
d'été.



Lorsqu'elle se faisait des confidences, elle s'avouait cependant rêver elle
aussi du Prince Charmant, mais pas de n'importe quel Prince Charmant !

Le sien, elle le rencontrerait sur un rocher en équilibre entre deux sommets
escarpés et le monde s'étendrait à leurs pieds.

Leur amour serait si grand qu'il emplirait leurs vies, si beau qu'il illuminerait
leurs nuits, si fort qu'ils seraient seuls sur Terre.

Chaque étreinte les verrait s'exiler, vaisseau de lumière dans le noir intense
de l'immensité nocturne d'un désert impénétrable.

Chaque matin les verrait s'éveiller dans des flots de tendresse débordant
allègrement des chéneaux du donjon de leur passion, emplissant les douves
protectrices les préservant de toute tentative d'envahissement du monde
extérieur.



Lorsqu'elle rêvait d'absolu ainsi, seul l'antique coucou, unique héritage
familial, réussissait à la ramener à la réalité.

Une pendule qu'un ancêtre avait, selon la légende, ramener héroïquement d'un
voyage de plaisance en Forêt Noire.



Si elle ignorait l'aïeul, le nom mystérieux du lieux l'avait définitivement
séduite.



Tout comme ce mystérieux petit volatile sortant sa tête pour chanter à heures
fixes avait définitivement séduit le petit Sébastien qui l'observait à travers
les carreaux aussi souvent que possible.

Il en avait passé des heures et des heures à son poste d'observation !

Aussi, il n'avait pas pensé à mal, il n'avait d'ailleurs pas pensé du tout,
lorsqu'il était entré dans la maison ouverte, pas plus qu'en grimpant sur une
chaise pour voir de plus près.

C'est quand il avait voulu le caresser qu'il avait glissé et...



Elle souriait dans son sommeil, la vieille dame d'en face , elle n'avait rien
entendu.

Elle souriait dans son sommeil et comment lui expliquer que la pendule avait
disparu à jamais !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents