Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


La peur du loup

Publié par totoche sur 22 Novembre 2019, 12:03pm

Dans le train du retour.

La nuit est tombée, nous enrobant de son voile noir.

Le wagon est calme, presque silencieux.

Il reste quelques places de libres.

Tient, mais que fait cet homme, sans téléphone sur la plateforme ?

On dirait qu’il prie.

Oui, il prie.

Et si...

Personne ne fait attention à lui.

Ceux qui ne sont pas assoupis semblent tous absorbés par leurs écrans.

Et si...

Qu’est-ce qu’il faudrait faire ?

Qu’est-ce que je peux faire ?

 

Pourquoi ?

Pourquoi, même un très bref instant, j’ai imaginé cela ?

Pourquoi, cette crainte ?

 

Et s’il c’était agi d’une femme, aurais-je eu les mêmes pensées ?

Et s’il c’était agit d’une autre religion, aurais-je eu la même peur ?

Et s’il c’était agir d’une personne d’une autre origine, aurais-eu la même angoisse ?

 

Et si j’avais réagi, quelles en auraient été les conséquences, pour les passagers, pour cette personne ?

Quelles séquelles auraient marqué la suite de nos vies ?

 

Le temps de ce si bref instant, nos vies auraient pu basculer dans l’horreur, par un passage à l’acte plus qu’improbable de cette personne, mais surtout, du chaos que l’expression de ces quelques pensées auraient pu déclencher.

 

Il y a eu, oui, des actes de terrorisme.

Il y a eu leur traitement médiatique.

Il y a eu leur utilisation politique.

Et il y a nous, ce que nous sommes, ce que nous vivons, la façon surtout dont nous nous côtoyons au quotidien, sans se voir vraiment, sans attention, mais remplis de nos projections, cibles parfaites pour toutes les manipulations.

Il suffit pourtant de rester simplement ouverts, dans l’instant, dans la réalité pour couper court à toutes ces angoisses inutiles, potentiellement destructrices et porteuses de haine.

 

Nous sommes en continu des cibles, et, bien que n’étant pas directement victimes, nous faisons, souvent à notre insu, l’objet d’impacts.

Ces impacts sont liés directement aux actes terroristes et à leurs retransmissions, mais également aux différentes communications - analyses, enquêtes, témoignages – dont les flots nous submergent, alors que nous sommes assoiffés, en recherche de compréhension.

Et, alors que l’on pense avoir pris un certain recul, avoir « digéré », ces évènements, il suffit d’un rien, d’une situation simplement surprenante et donc déstabilisante pour qu’une faille se crée.

C’est la bataille du terrorisme, instiller la peur, les angoisses.

Mais il suffit de refuser de se laisser embarquer dans cette barque de l’angoisse, de s’accrocher à l’instant, à sa réalité et à ce qui se passe vraiment – et non pas à se qui pourrait se passer – pour réparer cette fissure.

C’est une (petite) victoire sur le terrorisme, car c’est une des graines semées qui ne germera pas.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents