Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de totoche

Le blog de totoche

Des mots, juste des mots, mes mots.


A la SNCF, le changement maintenant c’est payant !

Publié par totoche sur 25 Janvier 2016, 17:20pm

Catégories : #réaction

A la SNCF, le changement maintenant c’est payant !

Un rayon de soleil derrière les carreaux et voilà, un brin de nostalgie m’a ramené quelques années en arrière, dans une salle carrelée de ces vieux carreaux jaune et marron, de lourds bancs de bois sont adossés aux murs, deux grands panneaux indiquent les horaires au départ et à l’arrivée et un guichet s’ouvre sur le local stratégique du chef de gare.

Il n’était plus tout jeune ce chef-là, le local non plus d’ailleurs, pas plus que le poêle à bois qui ronronnait tout l’hiver, mais à travers les vitres qui s’ouvraient sur les voies, c’était la porte du monde qui apparaissait. Ce personnage, sous son aspect bonhomme, avait les clés de l’aventure cachées dans de grands livres.

Après quelques politesses et après avoir indiqué le but de votre voyage, il allait chercher un ou plusieurs grands livres, feuilletant, notant, il revenait parfois vers vous demander une précision puis, le voici qui énumérait devant vous les gares, les horaires, les changements, les temps d’attente, la présence d’un buffet de la gare ou l’ouverture tardive d’une salle d’attente.

Le choix arrêté, un rapide calcul donnait la distance à parcourir et, par une simple multiplication, le prix du billet.

Ce prix n’était en effet fonction que le la distance (enfin pour un même confort) et pas du jour, de l’heure du voyage ou du délai avant de voyager. D’ailleurs ce billet était valable immédiatement et jusqu’à ce que vous l’utilisiez.

Certes, il arrivait de voyager debout, dans les couloirs, ça arrive encore assez fréquemment dans les TGV malgré les réservations obligatoires.

Et ce serait justement pour éviter ces inconvénients que les choses devraient changer au mois d’avril. Non, on ne va pas revenir à une tarification unique, au kilomètre, on ne va pas non plus revenir à la présence humaine dans toutes les gares, pas plus qu’à la possibilité de vous rendre dans n’importe quelle petite localité, après 5 changements et avec une partie du trajet en autocar et sans passer obligatoirement par les grands centres urbains.

On ne va même pas vous permettre d’utiliser votre billet quand bon vous semble, non.

Vous devrez désormais payer pour tout changement, horaire ou jour, même si vous choisissez de partir plus tôt et donc, d’évidence, si vous permettez la mise en vente de la place libérée.

Mais que c’est-il donc passé entre ces deux façons de voyager.

Le temps ? Oui, un peu, à peine le temps d’une génération finalement.

La technologie ? Elle devrait nous aider, multiplier les choix, alors qu’elle nous contraint à des choix restreints et coûteux.

Le vocabulaire qui nous a fait quitter notre statut d’usager pour le rôle plus clinquant de client ?

La nécessité affichée d’augmenter sans cesse la rentabilité.

A ce jeu-là, nous le savons, seuls les actionnaires sont gagnants, le voyageur lui, usager ou client, est toujours perdant.

En avril, la SNCF ne fait pas dans le poisson, mais vous aurez quand même une arrête dans le gosier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents